Compains

Histoire d'un village du Cézallier

– Belleguette-haut

BELLEGUETTE-HAUT

Situation

      Près de la route qui conduit de Compains au Valbeleix, le hameau de Belleguette (900 m. alt.) est bordé par la Couze grossie du ruisseau des Règes, né dans les montagnes proches de Brion. Un chemin qui longe ce ruisseau grimpe à environ cent mètres plus haut, le long du rebord occidental de la hauteur qui surplombe Belleguette. L’endroit est aujourd’hui recouvert par le bois de Sagnolle.

Le village et son site défensif

       C’est là qu’ à plus de 1000 m. d’altitude se développa  au Moyen Âge un important village dont subsistent des ruines d’habitations nombreuses, flanquées, protégées peut-on penser, par ce qui dut être un dispositif défensif placé sur une butte voisine des maisons. De ce poste d’observation on pouvait aisément faire la guette et surveiller les environs. Le très grand nombre de chazeaux d’anciennes habitations qu’on y observe montre que, même sur le pourtour de la seigneurie de Brion les montagnes étaient largement peuplées.

Réparties de part et d’autres d’un chemin central faisant rue, les habitations longent un ruisseau qui fournissait l’eau aux habitants et à leurs bêtes. Au loin s’étend le replat herbeux propice à l’élevage dit La Planète, longé par le chemin qui conduisait de Brion à Chandelière et Vauzelle.

Les maisons

Belleguette-Haut s’organise en deux rangées d’habitations robustes, au plan pour certaines encore bien visible. Carrées ou rectangulaires, les maisons s’ouvraient par un accès ménagé dans l’un des murs dont la base faite de grosses pierres est restée, pour certains, en élévation sur plus d’un mètre de haut. Certains des blocs épais ont été équarris. Ces habitations solidement construites furent sans aucun doute édifiées pour offrir une protection durable et non un abri saisonnier.

Belleguette-Haut – Angle d’un mur

La butte

      A l’extrémité nord du site, en position idéale pour guetter et alerter, le village est flanqué d’une butte dont on distingue clairement la forme en dépit de la végétation qui l’a colonisée. Semblant être une motte féodale cette butte est plus imposante que celle du château de Larzalier situé sur la rive gauche de la Couze où on distingue encore les vestiges du château d’un vassal des Bréon au XIVe siècle.

Motte à Belleguette-Haut

La butte de Belleguette-Haut porta t’elle une construction défensive en bois ou en pierre faisant office de tour de guet et éventuellement de lieu de refuge, seules des fouilles pourraient le confirmer.

L’abandon du village

Les nombreux bâtiments qui subsistent ne peuvent être les vestiges d’une simple métairie que les vicissitudes du temps auraient livrée à l’abandon. Nous sommes à Belleguette-Haut en présence d’un village médiéval  doté d’habitations nombreuses qui furent vraisemblablement protégées par un petit château placé près des maisons sur une butte semblable à celle qu’on peut encore voir à Larzalier, toujours dite de nos jours par les habitants “le château”.

L’absence de textes nous réduit à des hypothèses sur les causes multiples qui peuvent avoir motivé l’abandon du village. Pourquoi quitter une position dominante proche des prairies d’altitude pour aller se positionner dans la vallée sinon parce que, la sécurité revenue après les guerres des XIVe et XVe siècles, le besoin de protection ne se faisait plus pressant. La maison forte délaissée par le petit seigneur local ne servant plus de refuge, le souhait de se rapprocher du chemin qui conduisait au Valbeleix put déterminer le départ des habitants, sans qu’on puisse éliminer l’hypothèse de la survenue d’une épidémie.

Belleguette-Haut : un village déplacé ?

       Le toponyme Belleguette, avéré au moins depuis le XVIIe siècle pour le village de la vallée (moulin sur la Couze, habitants divers), est antinomique à la fonction évoquée. Comment faire la guette au bord de la Couze, là où le regard n’embrasse en rien l’horizon ? Plutôt qu’un village abandonné, on pourrait penser que Belleguette-Haut  serait un village dont les habitants se seraient déplacés progressivement, ou brutalement selon le motif, depuis les hautes terres vers la vallée, transportant avec eux le nom de leur village d’origine. Et ce, pour des raisons qui nous échappent totalement.

Belleguette-Haut – Mur éboulé

A SUIVRE