Compains

Histoire d'un village du Cézallier

Chroniques villageoises

 

Les villages de Compains

     Le territoire communal de Compains comprenait dès le XIVe siècle un grand nombre hameaux, qu’on disait alors manses ou mas. On les dira plus tard, villages. C’est à une  chronique de l’histoire de plusieurs de ces villages qu’est convié le lecteur qui ne devra pas s’étonner qu’on évoque aussi bien ci-après des villages  intra-communaux de l’actuelle commune de Compains, que des villages qu’on ne retrouve plus  dans le périmètre communal actuel. Ces derniers faisaient partie intégrante de la commune de Compains avant la Révolution, époque à laquelle ils ont été attribués à Egliseneuve d’Entraigues.

     Si le nombre des lieux habités de Compains a pu évoluer au fil des démembrements, des guerres, des épidémies et des disettes, les disparitions – parfois suivies d’une réoccupation des lieux – ne paraissent concerner  que les plus petits noyaux d’habitations, ceux que fragilisaient leur isolement et la faiblesse de leur population. Aucun des villages importants de Compains connus au XIVe siècle n’a disparu. Au fil du temps et en dépit des épreuves, la commune sut  montrer un grand dynamisme démographique au point de compter près de mille habitants au XIXe siècle

     Plusieurs villages dont la documentation a gardé des traces feront l’objet d’une brève chronique. Certains, notamment le chef lieu et le hameau de Chaumiane,  faisaient partie intégrante de la seigneurie de Brion qui, comme le hameau d’Escouailloux, vit défiler à sa tête entre le XIIIe siècle et la Révolution, plusieurs familles seigneuriales nobles ou roturières. D’autres  villages relevèrent durablement d’un même lignage. Ainsi Marsol et ses dépendances furent aux Saint-Nectaire pendant plusieurs siècles.

     Avec plus ou moins de réussite suivant les cas, on pourra suivre par bribes – parfois limitées à l’anecdote – la vie de la commune à travers ses villages. Au fil des siècles  on pourra entrevoir l’action du seigneur dominant, l’exploitation du territoire, la gestion des bois et des eaux, les conflits de voisinage, les heurts avec l’administration régionale, les tumultes aussi : n’y eut-il pas des foires à Brion…

     Premier  des villages de Compains mentionné dans les sources, le village seigneurial de Brion apparait au XIIIe siècle (1222). Au XIVe siècle des textes citent Compains (Compens, 1317, 1359), Chaumiane (1349, 1359, 1368), Espinat (1349), Chandelière (1347), Redondel (1349, Graffaudeix (1349), Cureyre (dit Turières, 1349, 1361), Grolier (1349), Moudeyre (1349), Escouailloux enfin (1354), qui ouvrira cette rubrique villageoise. Le nombre des hameaux  cités, rapporté aux rares textes médiévaux qui évoquent les mas, met en lumière que, dès le XIVe siècle, les villages de Compains que nous connaissons aujourd’hui étaient pour la plupart déjà en place.

Compains villages XIVe demi 

     Quand ces villages surgirent-ils sur la montagne ? En l’absence de sources archivistiques, on doit cependant remarquer  qu’on entra vers la fin du premier millénaire dans une phase de réchauffement climatique qui se prolongea jusqu’au milieu du XIVe siècle. Cette embellie  entraîna l’augmentation de la production agricole et fit prospérer les troupeaux des montagnes. La croissance démographique qui s’ensuivit fut à l’origine du semis de villages dispersés dans les montagnes qu’on observe au XIVe siècle.

Des illustrations – principalement cartographiques – viendront éclairer le propos historique. Les limites communales considérées sont celles de l’Ancien Régime.

Laisser un commentaire