Compains

Histoire d'un village du Cézallier

– Les croix

LES CROIX, TEMOINS DE LA FOI DES MONTAGNES

Croix de Marsol

Bien des croix ont été dressées à Compains depuis que l’évangéliste Antoninus, missionné par saint Austremoine au IIIe siècle, vint fonder au bord de la Couze une première église qu’Austremoine serait venu lui-même dédicacer à saint Michel archange.

Les croix participent du petit patrimoine méconnu de la commune. Pour mieux faire connaître cette richesse patrimoniale, nous décrivons ici près d’une trentaine de croix protectrices qui, sous des apparences et avec des fonctions variées, témoignent aujourd’hui encore de la vitalité du sentiment religieux à Compains.

Cet inventaire montre qu’en pays d’habitat très dispersé, des croix omniprésentes christianisent non seulement chacun des villages égaillés sur le territoire paroissial, mais aussi des sources surgies de la montagne ou le chemin suivi par le passant qu’elles aidaient à s’orienter quand l’écir effaçait les chemins.

Les croix décrites ci-dessous sont rarement très anciennes. Mal entretenues ou brisées par le vandalisme révolutionnaire, rares sont les croix qui, comme celle de l’ancien cimetière, ont pu résister aux épreuves du temps. La plupart d’entre elles ont majoritairement été érigées après la Révolution, durant le grand élan religieux qui marqua le XIXe siècle. En fer, en fonte, en pierre ou en bois, les croix sont la plupart du temps plantées sur d’anciens socles qu’elles réutilisent.


DES CROIX AUX FONCTIONS VARIEES

Croix de source, de cimetière, de mission, de pèlerinage, croix protectrice des herbages, croix de chemin…, chacune a sa fonction.

Près des sources qui firent longtemps l’objet d’un culte païen, l’Eglise voulut placer des croix et des chapelles christianisatrices. Cette pratique est illustrée à Compains en 1652 à la source de Roche quand un texte montre qu’existait une croix qu’on remplaça au XIXe siècle par la chapelle Saint-Gorgon. A la même époque, on construisait sur la source de saint Georges un oratoire encore visible aujourd’hui .

Les croix de chemins sont nombreuses et de styles variés. Au sud de la commune, à 1300 mètres d’altitude, l’un des chemins emprunté par ceux qui se rendaient aux foires de Brion traversait la Montagne du Joran et longeait la Pierre Saraillade sur laquelle on avait incisé une petite croix (voir le chapitre Population et territoire) ; entre Cureyre et le bourg, le long du chemin qui conduit au buron de Barbesèche, une croix de taille moyenne protège les herbages, semblable à celle qu’on rencontre dans la Montagne d’Espinat.

Au bourg, c’est une vierge au chef surmonté d’une croix qui accueille le passant près de la route de Besse, non loin de la croix de chevet et de la croix de mission installées près de l’église Saint-Georges où a été placée l’ancienne croix du cimetière. Plus récentes, on remarque encore deux croix mémorielles plantées pour commémorer des évènements marquants de la vie du village : la mort soudaine du curé près du ruisseau de la Gazelle et, peu avant Belleguette, les disparus du maquis Jean-Pierre.

Hors de la paroisse, la quatrième des grandes croix qui balisent le chemin de croix qui mène à la chapelle de Vassivière fut offerte par les compainteyres.

LES CROIX DU BOURG

Compains – Eglise Saint-Georges – Croix monumentale du chevet


Compains – Eglise Saint-Georges – Croix du chevet

Les croix les plus anciennes de la paroisse datent de l’Ancien régime, soit entre le XVIe siècle et la Révolution. La plus intéressante est sans conteste la croix qu’on trouvait dans l’ancien cimetière, aujourd’hui placée dans le transept de l’église Saint-Georges. La face porte un christ, sur le revers, la Vierge. Au pied du fût, le buste du donateur.

Croix de l’ancien cimetière

Croix de l’ancien cimetière déplacée dans l’église


Croix de mission

Située au nord de l’église face à l’ancien presbytère, cette croix de mission non datée a été rénovée par l’Association du petit patrimoine.

Dans une ruelle du bourg, grande croix posée sur un fût de pierre


Croix en limite du jardin des religieuses

Cylindrique aux bras courts, cette croix porte un médaillon central. Près du mur de la propriété, elle borde le jardin de l’ancienne école religieuse placée non loin du centre du bourg. L’établissement dût fermer ses portes en 1905 lors de la séparation des églises et de l’Etat. C’est une de ces “pierres crozées” qu’on plantait pour borner le territoire des religieux. De telles croix étaient aussi parfois érigées par des particuliers en remerciement d’une guérison ou d’un vœu exhaussé.

Vierge à la croix

Vierge de carrefour surmontée d’une croix, à l’entrée ouest du bourg. La Vierge est placée au sommet d’un haut fût posé sur un socle carré. Les bras de la croix sont terminés par des cœurs. La mémoire locale situe cette croix vers le lieu où Jean de Laizer tenta vainement d’exploiter une mine de fer à la fin du XVIIe siècle. On raconte que certaines de ces croix de carrefour visaient à protéger de la grêle.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Eglise-vue-du-cimetière.jpg.
Croix du cimetière

Au centre du nouveau cimetière, la croix monumentale à section carrée placée sur un haut soubassement domine les tombes. Au fond, le clocher de Saint-Georges.

Croix commémorative
de la mort du curé

Près du ruisseau de la Gazelle apparait une croix récente à section carrée, d’un style proche des croix de Barbesèche et d’Espinat. Sans figuration ni inscription, la croix est posée sur un socle de pierres empilées, surmontées d’un dé trapézoïdal. Ancrée sur le rive droite du ruisseau de la Gazelle, la croix marque le lieu où mourut subitement le curé Bérard alors qu’il allait chercher de l’eau. Il avait exercé son ministère à Compains durant 37 ans.

LES CROIX DES VILLAGES DE LA COMMUNE

BELLEGUETTE

Croix de chemin

Élevée au bord de la route qui conduit de Compains au Valbeleix, cette croix placée à l’entrée de Belleguette est ornée de feuillages enroulés sur le fût et les bras. Elle fut sans doute installée à la même époque que les deux croix de même style érigées à l’entrée du hameau de Chandelière.

BRION

Croix de faîtage à Brion-bas

CHANDELIERE

Chandelière, les deux croix

A Chandelière, deux croix de style identique se dressent au bord de la route. Les bras et les fûts couverts de feuillages évoquent la croix de Belleguette. En arrière-plan, on aperçoit les roches de Chandelière-haut, où la trace de nombreux bâtiments abandonnés est encore inscrite dans le sol (ancien village ou burons abandonnés ?).

CHAUMIANE

CUREYRE

Croix sur la Montagne de Barbesèche

En pleine nature, au bord du chemin qui longe la Montagne de Barbesèche, on découvre une croix de section carrée aux bras très courts sur laquelle une croix plus petite est gravée en intaille. Pourquoi ces croix dressées si loin de tout habitat ? Les croix dressées au bord des champs sont souvent des croix de Rogation qu’on plaçait dans les herbages et les chemins pour préserver les campagnes des calamités naturelles. Pendant les Rogations, (les trois jours qui précèdent le jeudi de l’Ascension), le clergé et les fidèles processionnaient dans la paroisse pour que soient préservées les récoltes et le bétail. Une nouvelle fois, il s’agit de pratiques de christianisation de rites gallo-romains.

ESPINAT et REDONDEL

Croix de Redondel et d’Espinat

Enlevés à la commune de Compains pendant la Révolution, les deux villages d’Espinat et Redondel relevaient des seigneurs de Brion au Moyen Âge.

Au bord de la route qui conduit de Compains vers Egliseneuve d’Entraigues, à 1169 mètres d’altitude face à la Montagne d’Espinat, se dresse au lieu-dit la Croix d’Espinat, une croix de facture récente, sans socle et de section carrée. Quelques kilomètres plus loin, au bord de la route qui relie le hameau de Redondel à Egliseneuve d’Entraigues, on découvre une ancienne croix aux bras courts et arrondis dont le fût a disparu. Beaucoup plus ancienne que la croix d’Espinat, la croix de Redondel laisse entrevoir un christ sur l’avers. Privée de son fût, elle a été fichée dans une pierre, peut-être une ancienne meule de moulin.

SUR LE JORAN

Croix sur la Pierre Saraillade

Sur l’une des faces de la Pierre Saraillade dressée sur la Montagne de Joran une croix encore bien visible a été tracée sous une plaque aujourd’hui disparue.

LA RONZIERE

Monument de la Résistance
Croix dressée en mémoire du maquis Jean-Pierre
(voir chapitre “Guerres à Compains” et sur le site de la commune de Compains, le récit de Guy Philippon, maire de Compains de 1951 à 1983.)

S

MARSOL

Au milieu des herbages, simple croix de pierre juchée en équilibre sur un rocher. Rustique mais pleine de charme, cette ancienne croix du moulin est devenue une croix de carrefour, en vue directe d’un horizon où se détache la Motte de Brion. Au pied de la croix, alimenté par des sources descendues de Beauregard, et en particulier la Fontaine de Guillaumon, coule le ruisseau qui fit tourner l’ancien moulin de Marsol.

Croix de chemin entre Marsol et les Costes

Posée sur un dé trapézoïdal en pierre, la croix formée de croisillons a des bras terminés par des cœurs.

VASSIVIERE près de Besse

Chemin de croix de Vassivière

La croix de fer forgé de la quatrième station du chemin de croix qui conduit à la chapelle Notre Dame de Vassivière fut offerte par les paroissiens de Compains comme le firent, par exemple, ceux de Valbeleix, Espinchal ou Besse.

“PIERRES CROZEES” réemployées

au bourg
à Belleguette

A SUIVRE