Compains

Histoire d'un village du Cézallier

– Les Croix

 

LES CROIX

 

 

 

De très anciennes croix christianisent le territoire de la commune.

    C’est près de Marsol la simple croix de pierre juchée en équilibre sur un rocher au milieu des herbages tournée vers un horizon où se détache la butte de Brion, ou celle qui surgit au détour d’un sentier boisé près du ruisseau de la Gazelle, alors qu’une autre apparait  dans un jardin du bourg.

 

 

 

Près du ruisseau de la Gazelle, une croix de section quadrangulaire, sans figuration ni inscription, surmonte un dé trapézoïdal posé sur un socle fait de pierres empilées. Le socle et le dé semblent plus anciens que la croix qui marque l’endroit où mourut le curé du village.

 

 

 

Croix dans un jardin du bourg

 

 

     Cylindrique aux bras courts, la croix d’andésite porte un médaillon central. Des croix de ce type étaient parfois érigées par des particuliers en remerciement d’une guérison ou d’un voeu exaucé.

 C’est aussi la petite croix de pierre sculptée encastrée – depuis quand ? – dans les branches d’un bosquet de Brion-Haut à quelques mètres de l’emplacement présumé de l’ancienne chapelle castrale ruinée depuis la fin du XVIIIe siècle.

 

 

 

 

 

Croix de mission près de l’église Saint-Georges

 

 

 

 

 

 

Vierge à la Croix

carrefour de Compains à Besse et Egliseneuve

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La croix en fer forgé de la quatrième Station du pélerinage de Vassivière,

offerte par le village de Compains.

 

  

 

  Une plaque apposée sur la première Station du chemin de croix de Notre Dame de Vassivière indiquait « Chemin de croix de Vassivière érigé par M. Brun, vicaire général, le 9 juillet 1854 sous l’épiscopat de Mgr Féron ». Plusieurs villages (Saint-Diéry, Valbeleix, Saint-Anastaise, Compains, Espinchal, Murol, Le Chambon, Saint-Victor, Besse et Egliseneuve) et quelques particuliers offrirent chacun une des douze croix qui jalonnent la montée au sanctuaire. Ces croix en fer forgé reposent sur un piédestal de lave. Aujourd’hui disparues, des plaques de marbre encastrées dans le piédestal  mentionnaient le nom du donateur.

 

 

croix Redondel

 

 

   Croix le long du chemin qui conduit

   d’Egliseneuve à Redondel

 La croix est vraisemblablement placée dans une meule de moulin.

 

 

 

 

Chaumiane croix

       Chaumiane, la croix rénovée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    La croix d’Espinat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croix mystérieuse à Brion-Haut

 

     A Brion-Haut, à quelques dizaines de mètres de l’emplacement présumé de la chapelle Saint-Jean-Baptiste, un bosquet recèle une petite croix de pierre encastrée au coeur du tronc d’un vieil arbre. La croix y fut si anciennement placée (cachée ?) qu’elle est aujourd’hui enkystée dans la plante. De petite taille et dépourvue de figuration humaine, la croix est haute d’environ cinquante centimètres et ses bras très courts ont des terminaisons losangées.

     Pourquoi une croix à cet endroit insolite ? Quoiqu’on ne puisse éliminer la possibilité d’une croix de carrefour tombée et restée sur place, d’autres hypothèses sont envisageables. Cette croix pourrait avoir été la croix de faîtage de la chapelle du château. Une fois la chapelle Saint-Jean-Baptiste tombée en ruines, ses pierres furent vraisemblablement réutilisées pour consolider les maisons voisines. Un villageois put vouloir préserver la croix qu’il plaça dans les appartenances de sa maison, espérant peut-être attirer la protection divine. Tout aussi vraisemblablement, on pourrait concevoir qu’à la survenue de la Révolution, un villageois ait cherché à cacher la croix de la chapelle pour la protéger d’éventuels destructeurs d’objets religieux.

 

Sommet de la croix

 

La croix de profil

 

Sachant qu’aujourd’hui les compainteyres semblent avoir perdu jusqu’au souvenir de l’existence d’une chapelle sur la Motte de Brion, on peut penser que le mystère de la croix de Brion n’est pas près d’être élucidé.

 

A SUIVRE